Quelle est la bonne attitude correcte et aimante à avoir, pour l’homme et pour la femme, face au caractère impérieux et brut du désir sexuel masculin ?


L’Amour pour soi et pour le/la partenaire doit être aux commandes.

Si le désir du bas du corps remonte dans le chakra cardiaque il transmute en désir divin : alors il ne saurait être ni impérieux ni brut.


Un désir sexuel cantonné aux régions basses du pelvis (et anus) est une faim inextinguible qui ne sait se satisfaire que par domination /soumission et jeux de séduction, pouvoir, emprise.. Là n’est pas l’Amour, et vous confondez trop souvent vos sentiments de désir avec ceux du cœur.

Le corps est au service du cœur et non l’inverse. L’Amour du cœur ne peut être que respect, joie, fluidité des actes, oubli de soi dans le don à l’autre et pour-par l’autre.


Le désir sexuel masculin est un afflux de sang et d’énergie dans un organe reproducteur : c’est le mouvement de la Vie qui s’initie, et qui peut / pourrait –pour ceux qui savent l’employer- servir le cœur et l’esprit en étant « remonté », par voie rectale, vers le manipura chakra qui alors devient le centre tout puissant avant subtilisation vers / dans le cœur.


La femme en ce domaine peut contenir l’afflux du sang masculin en massant tendrement l’organe (mâle) pour aider la remontée du flux énergétique : alors le cœur peut employer et transmuter cette base énergétique dans sa vibration propre et ultime d’Amour et de Joie-Vérité, et les deux amants peuvent unir leurs cœurs, puis leurs organes génitaux avec respect et tendresse. Ensuite peuvent se pratiquer les usages « tantriques » de réception-canalisation des courants ascendants des mouvements d’énergie générés par l’union.


© Voix de Lumière, via Christine Anne K. 2010