Quels seraient les critères de choix éclairé du bon partenaire avec qui avoir des enfants et donc fonder une famille dans un projet de vie durable ?


Il y a toujours confusion, mes très aimés, entre ce que vous considérez comme l’amour amoureux -qui pour vous est une grande aventure, parfois extrêmement romantique, mais qui parfois n’est pas faite pour durer dans la matière de vos vies quotidiennes-, et cet amour dont l’essence sera la stabilité, la solidarité, la confiance, le partage du quotidien, et qui est le terrain propice, fertile et nourricier pour la venue des enfants, leur éducation et le bonheur de tous.

L’amour amoureux des rencontres exaltantes est un autre sujet que l’amour stable et solidaire, compréhensif et nourricier entre deux êtres qui décident de mettre ensemble leurs corps, leurs cœurs et leurs travaux pour poser les bases de ce que l’on appelle chez vous une famille et pour accueillir la venue de certaines âmes qui s’incarnent en tant qu’enfants...
Je sais que cette réponse va vous heurter car vous êtes encore bien encombrés d’un conflit intérieur entre ce que vous appelez une libération des relations amoureuses et ce que l’on a appelé quelques générations en arrière un mariage "de raison". (L’expression mariage de raison est effectivement une notion poussiéreuse pour vous et ses termes-mêmes invitent à la poussière, peut-on dire.)

Fonder une famille, certes, est un événement heureux entre deux êtres qui s’aiment et dont la rencontre a été et reste authentique : deux êtres dont l’évolution peut se partager, mûrir et s’accompagner dans une durée et une stabilité qui permettent l’établissement d’une famille et la venue de ces êtres qui s’incarnent en tant qu’enfants. Fonder une famille, lorsque la rencontre est avant tout une découverte réciproque dans les joies, et les feux, et l’exaltation de ce qui se produit -et les quelques illusions qui forcément accompagnent tout cela un certain temps avant de tomber- est un projet forcément instable en tant que tel : car les bases ne sont pas assurées tant que la relation n’a pas indiqué dans la durée que ces personnes peuvent partager leur chemin d’évolution et nourrir une relation plus tranquille, plus stable.

C’est une relation de partenariat ; c’est bien évidemment aussi une relation d’amour. Je cherche les mots qui peuvent convenir, car ce sujet je le sais n’est pas facile, ni pour vous, ni pour nous d’ailleurs... Il est clair que de notre point de vue, l’accueil d’une âme se doit idéalement d’avoir lieu dans des conditions de stabilité, d’amour, de compréhension, d’’harmonie, etc.

Mais il est clair également que certaines âmes choisissent de s’incarner dans des situations instables car cela est le chemin qu’elles décident de prendre. De ce point de vue, votre question devient de fait extrêmement théorique, car on pourrait dire, en poussant la rhétorique, que toute situation, du fait du choix des âmes (et que cette situation soit stable ou pas) sera propice à l’incarnation de tel ou tel être, qui l’aura choisie.

Néanmoins, si le choix de deux êtres qui décident de s’aimer et qui ont une attirance réciproque est de réfléchir à l’opportunité consciente de fonder une famille, il importe que ce que j’ai indiqué soit pris en considération : car lorsque la démarche souhaite être consciente, il importe que la conscience soit juste et je sais que c’est là le sens de votre question. Ainsi, il est clair que les états d’illusion ne se prêtent pas à la clarté de la conscience et qu’il est important de chercher tout ce qui n’appartient pas au domaine de l’illusion. (Il y a en cela quelque chose qui vous est totalement impossible, et je le sais, lorsque vous êtes amoureux !)

...Si je me réfère quelques instants aux coutumes qui ont été mises en place, depuis fort longtemps dans votre humanité, d’organiser des mariages selon des critères de choix extrêmement complexes qui ne faisaient pas entrer en compte avant tout la rencontre amoureuse, mais un certain nombre de données. (Je ne parle pas d’intérêts : car il y a eu bien évidemment dévoiement dans des problématiques d’intérêt -social, financier, voire militaire- ce qui a donné des mariages d’intérêt, qui n’étaient pas justes) ...Mais, certains critères d’arrangement des mariages pris dans des contextes paisibles (où il était pris en compte la personnalité, les aspects astrologiques par exemple, le caractère, la situation sociale, etc., ainsi que les affinités réciproques, également, de deux personnes à marier) idéalement étaient une démarche juste : au sens de la recherche éclairée d’un accueil stable, et nourricier, et harmonieux, pour l’accueil des enfants à venir. Cela n’est pas une leçon d’anthropologie, c’est juste un rappel...

Je n’ai pas de conseils à donner au-delà de ce que j’ai exposé, car votre aventure personnelle reste la vôtre, mes très aimés. Soyez simplement en conscience de votre liberté, car une véritable relation - fût-elle un mariage de longue durée, et nous en avons déjà parlé – ne doit pas entraver la liberté de cheminer de qui que ce soit. Amen

© Voix de Lumière, via Christine Anne K.2010